Le défenseur sfaxien mise sur la complémentarité et la solidité de son équipe pour surprendre le FUS

Que représente pour vous cette finale aller de l’épreuve?

C’est l’occasion idoine pour nous  d’assurer un avantage sur l’adversaire qui pourrait être décisif dans le décompte final une semaine plus tard.C’est aussi l’occasion de faire montre de notre savoir-faire dans ce genre de match, qui nécessite beaucoup de maîtrise de soi et de répondant.

Avec quelle approche tactique allez-vous négocier cette échéance?

Ce sera le même schéma que nous avions adopté depuis l’avènement de notre entraîneur, celui du 3-5-2 auquel on est en train de s’adapter. Et puis l’objectif qui nous tient à cœur, c’est de réussir un résultat probant qui nous déblayerait la voie du podium.
On jouera assurément pour gagner, en comptant surtout sur notre complémentarité et notre solidité de nerfs dans les grands moments, condition  sine qua non de réussite.

Quels enseignements disposez-vous de votre adversaire ?

Le FUS Rabat est un adepte du  jeu en mouvement, duquel il puise sa force… Et puis, certains de ses joueurs disposent d’un registre technique bien approprié à l’instar de (Ben Cherifa). On devra leur imposer un marquage strict pour les empêcher de développer leur jeu, ou de venir assiéger notre zone.

«Le mental, clé de la réussite…»

Quelle serait alors la clé de la réussite ?

Dans le mental surtout. Nous sommes convaincus que pour mériter le podium, il faut savoir comment «amadouer» l’adversaire et le pousser  à la faute, tout en restant quatre-vingt-dix minutes durant sur le qui-vive.
Ce qui n’est point une sinécure. Nous en sommes conscients et bien décidés à mouiller le maillot pour réussir ce nouveau pari.

Certains minimisent pourtant la portée de cette épreuve?

Ceux-ci ne savent pas qu’au départ des éliminatoires, il y avait une centaine de concurrents, lesquels font partie de l’élite du continent. Maintenant, il n’en reste plus que deux!
A eux de mesurer la portée de l’exploit du CSS et du FUS Rabat pour parvenir à ce stade final de l’épreuve.
Et puis, la coupe de la CAF est en train d’acquérir ses titres de noblesse à travers la valeur des postulants dont certains avaient participé à la première phase de la Champion’s League. Et puis, les confrontations ont été souvent acharnées.

Auteur : Rachid AYADI